Après la chute du faucon blanc Abdoulaziz Bouteflika, c’est au tour du président du conseil constitutionnel algérien Tayeb Belaiz de démissionner.

La liste de la chute des ‘‘3B’’ Abdelkader Bensalah président par intérim, Tayeb Belaiz et Nourédine Bedoui le premier ministre est ouverte. Le 1er  de cette classe, Tayeb Belaiz proche du président Bouteflika est la deuxième personnalité à démissionner du gouvernement algérien. Cette démission intervient  au premier jour d’une révision exceptionnelle des listes électorales dans la perspective de la présidentielle prévue le 4 juillet prochain.

Du coté des manifestants, le désir d’expulsion de tout le régime Bouteflika n’est pas encore assouvi. Pour eux le départ du président du conseil constitutionnel n’est pas suffisant. Ils se sont à nouveau retrouvés dans les rues algériennes le 17 avril pour réclamer le départ de  tout le système. Déterminés dans leur bataille, les manifestants se sont également rassemblés devant le siège de l’Union Générale des Travailleurs pour exiger le départ d’Abdelmadjid Sidi Saïd  secrétaire Général depuis 1997 de l’ancien Syndicat, unique et seule organisation considérée comme représentative par les autorités algérienne.

Le compte à rebours est d’ores et déjà lancé dans la chute de tout le système. Une question demeure : à qui le tour ?

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de