Le social democratic front (sdf) célèbre son 29 e anniversaire ce Dimanche 26 Mai 2019. A cette occasion l’adjoint au maire de la commune de Douala 3e Achille Azemba, par ailleurs secrétaire général du sdf dans la région du littoral, s’est exprimé sur la vie du parti durant ces 29 ans d’existence. Dans un entretien, le Maire Azemba evalue  le chemin parcouru par le parti de la balance .selon l’homme politique, ce parcours a été parsemé d’embûches. Il tente aussi de justifier la déculottée du SDF lors du scrutin présidentiel du 07 octobre 2018.

Monsieur le Maire le sdf  célèbre  son 29 e anniversaire ce Dimanche 26 Mai 2019. D’emblée, sous quel signe allez-vous célébrer ces 29 ans d’existence ?

Oui comme vous le dites si bien, le sdf  a 29 ans d’existence et ce dimanche 26 Mai 2019, nous allons célébrer  ce 29e anniversaire sous le signe de la résistance et la détermination. Parce que faire face à un régime dictatorial comme vous le savez .le sdf  a été lancé en 1990 par le sang ,parce que ce jour-là, on a perdu 06 braves personnes .Les fameux morts par piétinement  qui sont rentrés dans l’histoire et depuis ce temps-là ,nous avons résisté face à un régime dictatorial comme je l’ai dit plus haut  ,qui a des comportement s à la stalinienne ,des méthodes il y’a très longtemps  de la ” gestapo” .Résisté pendant 29 ans ,il faut le faire . C’est la raison pour laquelle nous plaçons  cet anniversaire sous le signe de la résistance et la détermination.

Est- ce qu’on peut déjà évaluer le chemin parcouru  par le sdf  durant ces 29 ans d’âge ?

Oui le chemin parcouru par le social democratic  front d’abord, il faut que je le précise est parsemé d’embûches. Parce qu’être opposant en Afrique et surtout au Cameroun n’est pas participé à un dîner de gala. C’est une posture extrêmement compliquée car, tous les jours ,on fait face à beaucoup de difficultés .En 29 ans ,le sdf  a rencontré beaucoup de difficultés ,mais le parti a su rester debout .c’est la raison pour laquelle nous sommes là et justement dans le combat politique ,nous avons fait bouger un certain nombre de lignes .Il y’a d’ailleurs pleines de réalisations qu’on peut mettre à l’actif du sdf  comme l’amélioration du code électoral .C’est le sdf  qui déclenche les revendications et exige l’informatisation du fichier électoral pour qu’on évolue jusqu’ aujourd’hui, une biométrie qui n’est pas encore satisfaisante ,mais qui est déjà un début de solution. Le sdf s’est également battu pour que de plus en plus, la liberté d’expression existe .Le sdf s’est battu pour que les conditions de vies des populations soient améliorées .Vous n’avez qu’à voir les communes gérées par l’exécutif d’obédience sdf, à l’instar de celle de Douala 3e dont l’objectif  est de pouvoir servir ses populations et justement quand on rentre dans l’appréciation et les comparaisons.

On ne peut pas danser et s’apprécier .Mais je peux déjà sous dire que la commune d’arrondissement de Douala 3e passe pour être l’une des communes où on certifie le plus de documents .Vous n’avez qu’à vérifier .vous pouvez faire un vox – pop, vous êtes journaliste .Allez dans la rue  vous demandez les mairies de Douala qui signe plus de documents .Chacun vous dira c’est Douala 3e. Parce que nous avons mis sur pieds un exécutif qui est au service des populations. Et bien entendu, il y’a beaucoup d’autres choses, il y’a des propositions qui ont été faites au niveau de l’Assemblée nationale, même pour améliorer le processus de la décentralisation, mais malheureusement, on bute toujours sur un mur qui est celui de l’obésité  des députés Rdpc qui ne mettent pas en avant l’intérêt du Cameroun  et se concentrent sur leurs petits avantages et brandissent régulièrement la discipline du parti pour ne pas suivre le SDF dans ses revendications. Vous n’avez qu’à voir le dernier dossier brûlant en date, celui de la crise anglophone au nord-ouest et au sud-ouest. Le sdf  s’est battu, a même paralysé une session des travaux de l’Assemblée nationale pour exiger que cette question soit inscrite à l’ordre du jour. Malheureusement non. Le sdf  continu de se battre  et nous nous battrons davantage .C’est pour ça que nous parlons de la résistance et la détermination.

Monsieur le Maire, N’avez-vous pas l’impression que le SDF a perdu son aura sur la scène politique camerounaise ? Surtout lorsqu’on sait qu’en 1992, ce parti avait fait forte impression lors de la présidentielle. D’aucuns disent que le sdf  l’avait d’ailleurs remportée.

Non pas que d’aucuns disent .le sdf  avait vraiment gagné cette élection et à l’époque, nous avions nos p.v (procès-verbaux)  disponibles, contrairement à certains qui font dans les affirmations gratuites. C’est la raison pour laquelle à l’époque, nous avions refusé d’introduire un recours en annulation et dernièrement, un candidat à la présidentielle s’est permis d’assimiler cet acte à une trahison. Donc le sdf  avait gagné effectivement les élections en 1992 et les preuves étaient là .Cependant, au  sortie de ces élections ,beaucoup de choses se sont passées et on a pu déceler parmi les rangs de l’opposition ,des taupes qui jouaient plutôt le rôle du pouvoir .Vous n’avez qu’à regarder autour de vous  pour observer les alliances qui se sont tissées pour fragiliser cette opposition et de plus en plus le président Biya a compris le signal fort que l’avait lancé le peuple camerounais et il est resté sur ses gardes. Il a pratiquement verrouillé les instruments du pouvoir si bien que d’année en année la fraude va croissante. Les choses sont allées du mal en pire. Donc comme je l’ai dit au départ, être opposant au Cameroun n’est pas une sinécure et résisté  pendant 29 ans, il faut déjà le faire. Et pour ceux qui pensent que le sdf  a perdu son aura, je dirai plus que jamais que le sdf  est un parti historique et il suffit que les gens regardent notre histoire .Le sdf  à un moment donné, contrôlait toutes les Mairies de la ville de Douala et bien d’autres villes à travers le pays. C’était des actions qui témoignaient de son dynamisme et sa vitalité .On continu de se battre malgré les difficultés. D’ailleurs le SDF reste debout.

En 29 ans, plusieurs cadres du parti ont quitté le navire sdf. Qu’est ce qui peut justifier à votre avis ces départs en série ?

Bon, un parti n’est pas une prison. Vous prenez une carte d’adhésion volontairement dans un parti politique. Nos portes au sdf sont ouvertes. Également pour les entrées et les sorties. Parce que si un de nos camarades décide de quitter le parti pour une raison x ou y, vous n’allez pas l’obliger à rester dans le parti. Nous sommes des libéraux, nous sommes des sociaux-démocrates .Vraiment on adhère au sdf en épousant l’idéal du parti. A un moment donné quand vos intérêts n’y sont plus, et que vous décidez de partir, on ne peut pas vous obliger de rester. Pour ceux qui partent, c’est de leurs droits de  se décider de partir. Mais c’est un peu curieux  parce que les journalistes  ne reviennent toujours sur les départs .Pendant que 2 ou 3 militants  que vous dites être des cadres s’en vont vous savez combien de militants on recrute ?vous savez combien de militants j’ai recruté hier dans une association des femmes de fongo- tongo issue du département de la Menoua à l’ouest Cameroun. 400 femmes de cette association ont décidé de rejoindre les rangs du sdf. Ça ne se dit pas assez et pourtant quand un camarade décide de partir, ça passe en boucle sur les chaînes de télévision. Certaines personnes de par l’importance du sdf  viennent se  faire un nom. c.à.d. qu’ils sont dans l’anonymat, ils choisissent de militer dans le sdf  .Une fois que le sdf les a mis sur orbite, ils décident d’aller voler de leurs propres ailes. Mais quelques fois, la malhonnêteté n’est pas bien. Parce que quand vous partez d’une maison, il faut reconnaître au moins que cette maison a contribué à vous fabriquer.

Le sdf  demeure le 1er parti de l’opposition au Cameroun, au regard de son implantation sur le territoire national tout comme sa représentation au sénat, à l’Assemblée nationale, dans les. Municipalités et à la députation. Seulement ce tableau contraste avec son score glané lors du scrutin présidentiel d’octobre 2018.Monsieur le Maire on a envie de savoir ce qui n’a pas marché ?

Avant d’arriver au score, parce que je n’ai pas peur d’en parler.je vais d’abord corriger quelque chose que vous avez dit .mais peut-être pas de mauvaise foi. Je dirai que le sdf  est  le 1er parti au Cameroun. Parce que le rdpc n’est pas un parti  politique .C’est un parti – État .Vous n’avez qu’à voir les sous- préfets, les préfets et gouverneurs qui sont d’office militants du Rdpc et où n’existe pas une structure du Rdpc, d’office le sous – préfet de la localité se substitut en militant. Vous voyez qu’au départ, nous ne sommes pas sur les bases équitables. Or le sdf  se construit autour des militants qui se sont engagés  et qui mettent de leur argent pour pouvoir implanter le parti au quotidien. Donc sur le plan de l’implantation et même de l’existence, nous dirons que le SDF est le seul  parti au Cameroun. Maintenant s’agissant  de la dernière élection présidentielle, effectivement, on a volé très bas et ça fait partie de l’existence d’un parti politique, de rencontrer un certain type de difficultés et quelques fois, vous amène à vous remettre en question sur la méthode et les stratégies  que vous avez utilisé et justement nous sommes en train de tirer les leçons sur ses difficultés que nous avons connu. Bien que quelques raisons puissent justifier cela. Pas pour dire entièrement que ce  score  avait sa raison d’être non.il y’a des causes qui pouvaient être compréhensibles. Il y’a également les causes pour lesquelles nous ne pouvons pas faire autrement .Vous n’avez qu’à prendre deux zones  le nord-ouest et le sud-ouest où nous sommes fortement implantés en terme de sympathisants et de militants .Les deux zones où nous contrôlons pratiquement toutes les communes.il n’ya pas eu vote dans ces régions lors de la présidentielle. Il y’a aussi un certain nombre d’adversaires politiques qui étaient passé maître dans l’art de la manipulation. Vous vous rendez compte qu’à la veille de cette élection, les supporters d’un certain candidat se permettaient de dire que le sdf  avait appelé à voter un certain candidat ce qui n’était pas vrai. Et ils faisaient allusion à nos leaders .Quand on dit par exemple que le président Nintcheu une forte tête du parti a demandé à ce qu’on vote un certain candidat sans que se soit vrai. Vous voyez que c’est parti pour démobiliser l’électorat. Il y’a eu des choses comme ça  causes directes et indirectes. Mais toujours est-il que. C’était une contre-performance, nous avons pris acte. Nous sommes résolument au travail .Ce n’était qu’une élection, d’autres échéances arrivent.

Tout en espérant que le sdf  va se relever.

Nous nous relèverons. Nous avons tenu 29 ans. Nous sommes déterminés, nous continuerons de nous battre pour la survie de la démocratie camerounaise comme notre le slogan le dit, le pouvoir au peuple. Par les urnes, nous allons vaincre  bien sûr. Quand vous êtes face à une dictature comme celle- ci qui ne recule devant rien, vous avez les mains nues, vous vous battez en espérant qu’un jour, la vérité triomphera et le sdf  est déterminé .le sdf dirigera ce pays un jour…

Propos recueillis par Didier  Kieretu.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de