Dans un communiqué signé le 26 juin 2019, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, Fritz Ntone Ntone annonçait l’interdiction jusqu’à nouvel avis, de toute activité inhérente à la vente de ticket de parking payant et le remorquage illicite des  véhicules sur les voies publiques. Pour le super Maire de Douala, ces activités sont exercées par des individus non identifiés .L’acte qui selon les termes du communiqué est de nature à semer le trouble et le doute dans l’esprit des usagers de la route.

Dans ledit communiqué, le délégué du gouvernement auprès de la cud précise que  la ville de Douala est engagée dans un processus d’aménagement des parkings et aires de stationnement et mène également une réflexion profonde sur des procédés modernes de parkings payants .Il rappelle  qu’une fois les activités achevées, les usagers seront informés du nouveau mode opératoire de parking payant dans la métropole économique. Fritz Ntone Ntone dans sa note met en garde les différents contrevenants à cette décision. ” Tout individus surpris en train de vendre des tickets ou de procéder aux activités de remorquage illicite sera aussitôt interpellé et les tickets saisis ou sa remorqueuse immobilisée et mise en fourrière”.précise le communiqué.

Face à cette décision, la réaction du Maire de Douala 1er, ne s’est pas fait attendre.comme une réponse du berger à la bergère, le Maire Lengue Malapa dans un communiqué Radio – presse dadant du 27juin 2019  se dit surpris de la sortie du délégué du gouvernement auprès de la Cud et regrette cette mesure qui vise à interdire les activités réglementaires de sa municipalité. Pour opposer une fin de non-recevoir à la décision de la Cud, le chef de l’exécutif municipal de Douala 1er s’appuie sur la loi no  2004-18 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes en précisant que  les parkings aménagés et matérialisés par sa municipalité continuent d’être perçus par les agents commis à cet effet, indéniables par des ordres de services et badges de la mairie de Douala 1er. Par ailleurs il rappelle que la plate-forme  de collaboration Cud \CAD de Douala en date du 15 Mars 2013 avait réitéré et publié que la taxe de parkings est du ressort des Mairies d’arrondissement de Douala notamment (Douala 1er, Douala 2e, Douala 3e, Douala 4e Douala 5e.)

D’après le premier magistrat municipal de Douala 1er, l’insinuation selon laquelle le remorquage illicite des véhicules sur les voies publiques par des individus s’apparente à n’en point douter à une incitation et un appel à la révolte contre un service régulier exécuté par une institution communale ayant pleinement compétence. Il mentionne au passage que le remorquage d’un véhicule en infraction par la commune d’arrondissement ne pourrait être assimilé en un remorquage illicite. Il invite par conséquent   tous les opérateurs économiques de Douala 1er, les usagers de la Route en particulier et les populations en général à rester sereins de ne pas alimenter la diversion.  Actuellement les activités de la Mairie se poursuivent sereinement sur le terrain comme témoigne ici Auguste Etouke Mouelle superviseur de la fourrière municipale de Douala 1er.” Nous pensons que le Maire a été dans son droit de remettre les pendules à l’heure …pour nous le communiqué du délégué du gouvernement auprès de la Cud est de nul et nul effet, sachant que les mairies sont automnes. La Mairie de Douala exerce ses activités en toute quiétude sur le terrain …nous continuons à sensibiliser les usagers sur cette situation et j’estime que près de 70% de la population soutiennent l’action de la Mairie de Douala 1er…souligne le superviseur de la fourrière municipale. ” Dans la même mouvance il précise que le Maire est un élu, il a des prérogatives et un budget à défendre. Reste donc attendu l’arbitrage de l’autorité préfectorale dans ce bras de fer qui oppose désormais le délégué du gouvernement auprès de la Cud et le Maire de Douala 1er.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de