Les commerçants installés dans cet espace marchand situé dans le 4e arrondissement de Douala, au lieu-dit Bonendale – bonaberi sont très inquiets. Ils vivent   désormais avec la  peur au ventre  et ne savent plus à quel sain se vouer.  Ces commerçants craignent un deguerpissement forcé sans dédommagement, ni de site de recasement. Aux dernières nouvelles, ce marché est en voie d’être rayé entièrement sur   la carte des  esapces commerciaux de la métropole économique.   Bâti sur une superficie de plus de 07 hectares, ce terrain appartient à la société camerounaise d’assurance et de réassurance (socar). Selon le certificat de propriété à notre possession, la socar a acquis ce terrain par achat de Monsieur Ebongue Jean, caissier demeurant à Douala et consorts suivant l’acte no  5439 reçu le 20 Novembre 1978 par Joseph Douala Djecka, alors notaire à Douala.  Ce terrain a pour objet du titre foncier no  14039 du département du wouri, établi le 13 février  1984 appartenant en toute propriété à la socar représenté à l’époque par son directeur général Paul Tsala.

A ce jour une autre société d’assurance au nom de Bénéficia life insurance se positionne comme légitime propriétaire de cet espace dont les responsables déclarent   l’avoir acquis par morcellement dudit titre foncier  sur lequel le duplicatum no 2 a été établi le 13 Mai 2013. Sauf que cette version des faits est réfutée par les responsables du marché Ndobo. Pour le régisseur du marché Ndem A Bessong André, l’entreprise en question, notamment Beneficial  life insurance s’est volontairement auto – proclamée propriétaire de ce site. En soulignant qu’après vérification, le terrain appartiendrait toujours à la socar. Actuellement la pomme du discorde viendrait par le fait que Beneficial  life insurance a récemment lancé les travaux de construction d’une longue   clôture  sur une bonne partie du site où se trouve le marché, y compris le stade de football . Un acte qui suscite le courroux des commerçants qui menacent de plomber le déroulement des travaux. N’eût été la diplomatie du régisseur à contenir ces hommes et  femmes, on aurait déjà assisté à un soulèvement populaire de ce côté. Pour la majorité des commerçants, cette clôture en voie  de construction, présage des lendemains très difficiles pour eux. S’inspirant de certains cas similaires vécu à Fermancam et Quifeurou. Approché, le chef de quartier répondant au nom de Dang Marcel confirme la thèse selon laquelle, la socar aurait déjà vendu une partie du site querellé représentant 05 hectares sur les  07 au départ. Notre interlocuteur souligne que ce terrain qui se trouve sur la terre ferme  a été vendu par le liquidateur de la socar à l’entreprise Beneficial  life insurrance. La superficie restante quant à elle est située en plein marécage.

Notons qu’en date du 23 Avril 2019, la socar en liquidation adresse une correspondance au maire de Douala 4e confirmant les limites de la propriété de la société Beneficial  life insurrance sise à Bonendale – Bonaberi dudit titre foncier no  14039/W. Seulement dans cette note, il est précisé que les formalités de mutation  sont en cours. Le liquidateur de la socar  prie l’autorité municipale  de bien vouloir apporter son assistance à l’entreprise Beneficial  life insurrance  pour la protection légale de ce site contre les tentatives d’occupation illicite de cet espace.

 Des pertes économiques en perspective.

Face à la colère des commerçants qui peinent à joindre les deux bouts, le régisseur du marché presque abandonné dans cette affaire par les élites du coin, sollicite l’intervention prompte des autorités compétentes afin d’apaiser les tensions des uns et des autres. ” Si les autorités ne prennent pas cette affaire au sérieux, les conséquences seront graves…même si ce site a été racheté, les autorités devraient trouver un autre site pour recaser les commerçants qui seront bientôt victimes d’un deguerpissement forcé, si on s’en tient aux traclocalité observées en ce moment sur le terrain…”craint le régisseur Ndem A Bessong André.  Il estime que  plus de 2000 commerçants installés dans cet espace marchand seront bientôt astraints au chômage .Faute d’un véritable site de recasement.  Dans la même lancée le régisseur déclare que ce marché au fil des ans, est devenu la pierre angulaire entre les quartiers  et villages notamment Bonendale 1 et 2, Bojongo, Bona matoumbe, sodiko, Minkwelle Mboadibo, Ndobo, et même Souza dont les habitants se ravitaillent au quotidien. Il s’agit d’un coup de massue pour de nombreux commerçants et des riverains  qui se verront sans doute sevrer de leur marché qui se présente comme l’unique espace marchand de la localité de Douala 4e .Sachant que les autres marchés à l’instar de grand hangar et de rail sont installés sur l’emprise publique.Au-delà de la clôture qui monte dont les travaux vont  à une vitesse exponentielle ,les riverains redoutent les risques liés à l’enclavement . Vu que cette barrière va se dresser sur la voie des eaux pluviales.

Création du marché Ndobo.

Le marché Ndobo existe depuis une vingtaine d’années.l’actuel site où est installé ce marché a été cédé par la socar au chef de quartier de ladite localité Sieur Etongo Maurice installé aujourd’hui à l’étranger à cause de son état de santé précaire. L’accord a été signé entre Tsala Paul liquidateur de la socar et Etongo Maurice. Seulement dans ce contrat, il était mentionné que les commerçants devraient construire des étals en matériaux provisoires. Afin que le jour où le légitime propriétaire va s’installer, qu’il n’y ait pas des éclats de voix. Une information confirmée à la fois par le chef de quartier Dang Marcel, le régisseur Ndem A Bessong et l’un des riverains et témoin de l’histoire en la personne de Priso  Achille. Lors de cette convention, les deux parties s’étaient entendues que le stade de football doit demeurer. Selon le chef de quartier Dang Marcel, c’est à la suite de l’étroitesse de l’ancien marché de Ndobo qui à l’époque était situé au carrefour de la Mairie de Ndobo. A la demande du sous – préfet de l’époque, cet espace marchand sera finalement transféré au site actuel.

Les commerçants s’entendent lâcher prise.

C’est désormais un climat tendu qui règne au sein de ce marché où les commerçants annoncent un bras de fer contre la société Beneficial  life insurrance  qui se présente comme légitime propriétaire.  Le régisseur du marché par courrier vient de saisir le sous – préfet de Douala 4e ainsi que le  Maire de ladite localité pour un éventuel arbitrage qui pourra déboucher sur sortie de crise. Il est urgent pour ces autorités de trouver une solution à ce problème qui peut s’enliser à tout moment .Il serait superflu de laisser un autre foyer de tension naitre alors que le Cameroun est secoué par une série de crise socio – politique.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de