Le temps est enfin venu pour moi de le dire : Paul Biya est le meilleur choix.

Peuple camerounais, tu sembles si lâche

Peuple tétanisé par la peur, malgré la forte envie de changement

Tu désires la liberté, mais tu ne comprends toujours pas qu’elle s’arrache

Comment peux-tu vouloir quelque chose et ne rien faire pour l’obtenir ?

Tu aimerais que d’autres se battent à ta place, et que tu viennes déguster les fruits pour finir

Comme si dans l’histoire humaine, un peuple en a déjà libéré un autre

Tu veux que d’autres prennent des risques, pendant que tu dis « bravo » derrière le rideau

Mais à chaque fois que ta présence est requise, tu t’effaces comme de la peinture à eau

Parce que tu as peur de mourir, tu ouvres tes bras à celui qui cherche à te tuer

Ce type de paradoxe insolite, il n’y a qu’au Cameroun qu’on peut en trouver

Alors vive Paul Biya, le meilleur choix

Car quand on veut vivre dans la terreur d’exprimer ses opinions

Quand on veut rester un pays où l’avis contraire devient une  « rébellion »

Quand on veut léguer à nos enfants un État où le seul droit est celui de se taire

Il est bel et bien le meilleur choix

Quand le simple mot « politique » suscite de l’effroi chez ta mère

Quand tes critiques contre le RDPC donnent des frayeurs à ton père

Quand tes amis pensent que ton engagement te conduira forcément six pieds sous terre.

Alors, oui : Paul Biya est le meilleur choix, monsieur le Maire

Il a créé un pays de vingt-cinq millions de prisonniers qui s’ignorent

Où chacun affirme être libre, mais évite en même temps les sujets sensibles

C’est cela la vraie prison : celle qui possède des murs invisibles

Au Cameroun tu ne risques rien … enfin, tant que tu dis « Biya je t’adore »

C’est un pays où les gens ont oublié que l’Etat a pour rôle principal de nous protéger toi et moi

On leur a injecté la peur sans anesthésie, et ils ne savent même plus qu’ils ont des droits

Alors même devant la pire des injustices, chacun préfère faire semblant de n’avoir pas vu

Et quand tu poses la question, chacun répond : « Je suis neutre et apolitique, vois-tu »

Ne vous y trompez pas : c’est de la paralysie mentale, rien de plus

Ou comment se mentir à soi-même, et y croire par-dessus

Personne n’est apolitique sur cette terre. La neutralité n’existe pas

Au fond de toi, tu sais très bien que tu n’aimes pas Paul Biya

Comme moi, tu aimerais voir quelqu’un d’autre à sa place

Il se peut même que tu sois beaucoup plus radical que moi :

Si ça ne tenait qu’à toi, peut-être qu’il serait déjà dans l’au-delà

Mais quand on te pose la question : « Quel est ton choix ? »

Tu préfères lancer : « je suis apolitique »

Comme si les accidents sur l’axe Douala-Yaoundé épargnaient les gens apolitiques

Comme si tu refusais souvent de rouler sur du goudron, sous prétexte qu’il est l’œuvre d’un parti donné

Paul Biya a rendu la politique dangereuse : tout le monde pense qu’il ira en prison.

Quand la psychose atteint ce niveau, alors on a bel et bien touché le fond

Il a transformé ses compatriotes en monstres ; qui ne sont même plus choqués qu’on tire sur des femmes

Ils veulent plus me voir emprisonné aussi, que ceux qui ont détourné les milliards de la CAN

« Hostilité contre la patrie », pour ceux qui écrivent des textes sur Facebook

Mais un voleur d’ordinateurs promu ministre d’Etat : pays de plouc

Le 27 juillet 1942, juste avant d’être fusillé pour une faute qu’il n’avait pas commise, Valentin Feldman se tourna vers ses bourreaux et leur dit :

« Imbéciles, je meurs pour vous »

Je peux donc le dire enfin, Paul Biya est le meilleurs choix

Alors vous voulez qu’il s’en aille pourquoi ?

Puisque vous refusez encore de vous joindre à nous

Vous cachez vos visages, comme une fillette derrière sa nounou

Si vous pensez que face à l’injustice, l’aide viendra de Dieu

Alors continuez de vous taire, c’est mieux

Ekanga Ekanga Claude Wilfried

(Les Défis de l’Histoire )

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de