Les gardes du corps de Paul Biya sont accusés d’avoir agressé un journaliste devant le palace où logerait le président camerounais.

Devant l’Intercontinental, Après avoir affronté mardi des manifestants qui avaient investi le hall de l’hôtel, les gardes du corps ont agressé mercredi un journaliste de la RTS. Selon la RTS, leur correspondant radio du bureau genevois a été témoin «d’une charge d’une dizaine d’hommes sortant de l’hôtel» sur des manifestants venus chahuter le président camerounais Paul Biya et sa suite qui séjournent depuis dimanche dans l’hôtel de luxe.

Le journaliste Adrien Krause qui filmait la scène a été pris à parti par des gros bras qui l’ont «immobilisé» et qui lui ont «arraché son sac contenant du matériel professionnel, son porte-monnaie et son smartphone». Ces hommes qui seraient des agents de sécurité du président camerounais sont ensuite retournés dans l’hôtel. Deux à trois heures plus tard, suite à une négociation, le journaliste a pu récupérer ses affaires. Ses enregistrements étaient intacts. Il a par la suite porté plainte.

Cette agression tombe mal pour la suisse qui est au cœur des efforts pour une paix au Cameroun. Des discussions préparatoires avec les leaders séparatistes camerounais ont eu lieu dans les Alpes valaisannes. Le président Paul Biya a donné un mandat officiel de médiation à Berne.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de